Archives . Nathalie . S'abonner . Contact . Admin

Jean Michel Lemétayer : discours du 3 février 2009

Rechercher une actualité

Rubriques Agroalimentaire

Mes derniers billets

Vos actualités préférés

Pour les agronautes


Recevoir nos actualités par email :

Edition

 

Jean Michel Lemétayer : discours du 3 février 2009

Le 04/02/2009 12:31:00

Discours de Jean-Michel Lemétayer lors de la soirée du 3 février 2009 au Salon des miroirs, communiqué par la F.N.S.E.A.
(Seul le discours prononcé fait foi)

Mesdames et Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs les Parlementaires,
Mesdames et Messieurs les Journalistes,
Mesdames et Messieurs les Représentants du monde agricole,
Chers amis,

Je suis particulièrement heureux de vous accueillir ce soir au Salon des miroirs, lieu emblématique de la haute couture, des défilés et de la mode… Quel meilleur endroit pour vous présenter la campagne de communication de la FNSEA justement sur des métiers à la mode !
Je suis également fier de vous parler de cette campagne dans un contexte marqué par des crises de toute sorte.
Notre volonté de mener à bien ce projet, est à mes yeux la preuve que, nous, responsables professionnels, croyons profondément à l’avenir de notre secteur.
Nous pensons fermement que l’agriculture est source de projets, d’opportunités et d’accomplissement pour les jeunes. Nous sommes convaincus que c’est une valeur sûre et durable de notre économie. Je répète souvent que la terre que nous cultivons n'est pas délocalisable.
Vous parler de ces métiers est un choix qui donne du sens à mon engagement dans le syndicalisme agricole. Il y a 35 ans, je commençais mon parcours et mon combat pour que demain des jeunes s’engagent dans notre secteur et en vivent dignement.


Les métiers de l’agriculture sont à la mode. Ils sont à la mode avec notre époque : l’esprit de responsabilité et le contact avec la nature en sont les symboles.
Ils sont enfin à la mode parce qu’ils offrent des débouchés concrets. En cette période de crise, ce n’est pas le moindre des atouts.
Je le rappelle, la production agricole représente 1million 600 mille actifs. Ce n'est pas rien ! Et si l'on parle de l'ensemble de la filière agricole, ce sont 3,2 millions d'hommes et de femmes qui travaillent dans notre secteur. Ils représentent 13% de la population active !
Bien sûr, l'agriculture comportera toujours un potentiel d'emplois saisonniers important, il y a aujourd'hui plus de 900 000 salariés saisonniers, mais de plus en plus nous recrutons des emplois permanents. Pour tenir compte des départs massifs à la retraite, mais surtout pour faire face à des besoins nouveaux sur les exploitations demandant des compétences toujours plus larges.
Biotechnologies, protection de l’environnement, nouvelles saveurs, énergies vertes, la liste est longue de ce que l’agriculture peut apporter en modernité, en utilité, mais aussi en termes d’emplois.
Il suffit d’aller dans nos exploitations pour prendre conscience qu’un agriculteur et les salariés qui l’accompagnent sont tous plus que des producteurs, ils sont chercheurs, protecteurs, comptables, géographes, météorologues et assurément bien d’autres fonctions encore.


Nous sommes face à une richesse d’emplois que nous devons faire découvrir.
Pour ce faire, il faut libérer les énergies et donner sa vraie valeur à l’agriculture et à ceux qui la font vivre. Ringarde et dépassée, l’agriculture est souvent
caricaturée, en dehors de toute réalité et en dehors de toute lucidité. Trop loin de la société de loisirs et pas assez fun ou branché, notre secteur n’a pas les faveurs de l’écume des choses.
Bien vivre, bien manger, bien boire… et je m’arrête là, ce n’est peut être pas moderne. Et pourtant, la qualité de vie, le fait de travailler avec les saisons, d’être au contact d’animaux attachants, ne sont-ils pas des éléments importants au moment de faire des choix de carrière et de vie ? J’ajouterai que bien des paysans sont des spécialistes de l’informatique et des nouvelles technologies, pas modernes donc… Je vous l’affirme, nos métiers et nos emplois sont tout simplement de qualité et cela est intemporel. L’emploi est au coeur de nos campagnes, au coeur de nos préoccupations.
Architectes de la ruralité, bâtisseurs de terroir, maçons de l’aménagement du territoire, nous avons vocation à voir l’agriculture en grand, la campagne en beau, l’emploi en force.


Pour tous ces objectifs et parce que nous avons envie de nous battre, un seul mot d’ordre : communiquer !
La communication n’est pas une politique, ce n’est pas seulement une stratégie, la communication c’est la mise en musique du travail réalisé et de la volonté affirmée. Longtemps, le monde paysan a considéré que la com c’était superficiel et inutile, pensant que la beauté des animaux et des cultures suffisait à se faire comprendre de tous. L’épisode de la vache folle a mis fin à cette histoire d’amour entre agriculture et société. Certes, les agriculteurs bénéficient toujours d’une côte de popularité à faire pâlir bien d’autres professions, mais nos pratiques sont souvent à tord décriées et nos emplois sont plutôt mal connus, voire méconnus.

La FNSEA a pris des initiatives. Cela va des opérations « Fermes ouvertes » pour les écoliers de CM1/CM2, à la présence dans des salons nationaux et régionaux. Notre présence ainsi au salon de l’éducation est un symbole de ce que nous voulons faire : parler aux jeunes, leur expliquer aussi souvent que possible que l’agriculture a un avenir et que cet avenir passe par eux.
Dans cette volonté, nous avons décidé il y a 6 mois de prendre une initiative forte et symbolique : lancer une campagne de communication globale afin de
sensibiliser cette jeunesse porteuse d’espoir. C’est une première pour un syndicat comme le nôtre. Une première que je n’hésite pas à qualifier d’heureuse. Oui heureuse ! Il ne faut pas avoir peur des mots. Une campagne que beaucoup attendaient.

Combien de mes collègues agriculteurs m’ont dit « il faut montrer que nous sommes modernes » « la télé nous abîme » « on ne nous comprend pas » « il faut des jeunes pour développer notre secteur ». J’espère de tout coeur qu’ils seront heureux de notre projet qui ici, au salon des miroirs, prend un relief, ou plutôt un reflet particulier. Il ne s’agit pas de nous regarder tel Narcisse mais d’aller au-delà du miroir, de nous faire comprendre… puisque nous sommes déjà appréciés.
L’agriculture est moderne et les visuels qui nous entourent dans cette salle sont là pour le prouver. Hier, les premiers spots télé ont envoyé un premier signal. Ce signal est fait pour durer 4 semaines. Mais nous devons toucher tout le monde dans l’intimité de ses choix médias.
Alors, à la télé s’ajoutera une présence sur les abribus, dans la presse quotidienne régionale, sur des panneaux autour du périphérique parisien mais aussi et surtout un site Internet pour l’emploi agricole des jeunes. Celui-ci a été lancé ce jour et nous lui souhaitons grand succès. Les jeunes et les moins jeunes pourront y trouver les réponses à toutes leurs questions en matière d’emploi agricole.

J’allais oublier notre traditionnel salon de l’agriculture où nos stands seront habillés de ces visuels que nous aimons tous déjà.
Enfin la presse agricole départementale bénéficiera elle aussi de ces visuels pour aller dans toutes les familles et dans toutes les fermes.
Comme vous pouvez le constater, nous n’avons pas fait les choses à moitié. Mais comment faire à moitié quand la jeunesse cherche sa voie. Les jeunes, ces pépites d’espoir disait Bernanos, doivent nous rejoindre. Nous avons besoin d’eux.
Mêlons nos talents et leurs espérances et nous aurons une agriculture qui, plus loin qu’un beau visage, aura le sourire en plus. Faisons tout pour nous
comprendre. Inventons-nous une culture commune.
Evidemment elle ne va pas de soi. Quand mon naturel est de parler de DPU, de CVO, d’AOC, de PAC, d’ICHN et autres PMTVA, le naturel des jeunes va vers le hype, le in, le branché et le fun. Grâce à cette campagne de communication nous avons la volonté de jeter des ponts pour nous rapprocher. Nous en avions déjà la volonté d’ailleurs mais il fallait cette envie de communication pour toucher une jeunesse qui rappe, qui kiffe et qui slame.


Chers amis, je souhaite ardemment que notre campagne vous touche et vous surprenne. Le rayonnement de la France par delà le monde est souvent dû à sa culture et à ses terroirs. Alors faisons en sorte, ensemble, que la France qui est un pays pétri de culture, soit encore plus épris d’agriculture. Au salon des miroirs, ici, brisons la glace. Ici, à Paris, montrons l’agriculture capitale. Cette campagne est comme le printemps je vous le dis, elle ravive les couleurs, les couleurs de la vie.


Je vous remercie.

Commentez le billet de Nathalie

Remarque : Un nofollow est ajouté sur les liens !

Votre pseudo :
Votre email :
Votre blog :
Votre commentaire :
Code de vérification :
Code Image - Please contact webmaster if you have problems seeing this image code Load New Code
 
Blog Agroalimentaire de Nathalie, Agroalimentaire .fr